Mood

My Life in Quarantine

Jour 21. 9h22. Je traîne encore en pyjama en sirotant une tasse de thé dans laquelle baignent quelques feuilles de rooibos et les derniers rayons de soleil dont l’orientation de ma cuisine me permet encore de profiter à cette heure.

Mon chat se lustre le poil à grands coups de langue et de ronrons, visiblement très inspiré par le soul rythmé des Booker T. & the M.G.’s, pendant que je me triture les méninges à échafauder un programme de journée #HealthyLifestyle dont le trois quart tombera de toutes façons à l’eau au premier apéro de la journée.

Voilà trois semaines que mon espace vital se limite au parcours “Chambre-Cuisine-Salon-Salle de bain”, que mes journées sont chargées d’appels et de projets professionnels en mode crisis management, et que mon podomètre enregistre une moyenne de 300 pas par jour (avec quelques records néanmoins les jours de virée au Monop’).

Et puis il y a eu ce vendredi 3 avril 2020.

En réalisant devant le miroir que mes cheveux n’avaient pas croisé la route du moindre shampoing depuis ma dernière sortie, il y a cinq jours, j’ai soudain été prise d’une envie d’écrire. Ne cherchez pas le rapport entre mes tifs et la littérature 2.0 ; il n’y en a aucun, si ce n’est l’extraordinaire inspiration que mes névroses capillaires ont toujours été capables de m’insuffler.

Non pas que mes journées en quarantaine soient plus exaltantes que les 36 années déjà passées, mais, pour la première fois de ma vie, je me retrouve dans la même situation que la moitié de l’humanité et chargée d’une mission vitale qui plus est: sauver le monde en restant chez moi !

L’occasion parfaite de matérialiser mes diverses réflexions et garder ainsi un souvenir tangible d’une période aussi inédite que surréaliste.

Voilà de quoi méditer tout en profitant des bienfaits que ce confinement apporte quand on y repense: prendre enfin le temps pour soi et d’accomplir tout ce qu’on a toujours reporté par manque de temps (ou, en ce qui me concerne, par simple principe de procrastination).

En attendant mes prochaines nouvelles, je vous souhaite un doux weekend, de prendre bien soin de vous et de vos proches ! Pour ma part, je file rattraper mon retard culturel sur Netflix !!

6 comments

  1. Contente de te relire ici :) Durant ce confinement je découvre que le télé-travail me plait. J’avance à mon rythme et j’ai du temps pour moi, ça colle plutôt bien avec ma personnalité. Je suis moins angoissée, moins fatiguée aussi (au revoir les réveils à 6h du matin). Mais ce temps que j’ai désormais me pousse à encore plus cogiter qu’avant… déja que je cogite beaucoup trop en temps normal. Et, je me surprend en train de remettre toute ma vie professionnelle en question. J’ai des envies de commencer mile projets. Dans une vie idéale, je trouverais l’idée de génie, je me mettrais à mon compte et je serais enfin heureuse d’aller travailler ! En attendant comme tu dis, sauvons le monde en restant chez nous :) Je te souhaite un bon week-end, à bientot, bises!

    Like

    1. Merci Maryse! Je suis ravie de te retrouver par ici aussi ! Quand on est organisé, le télétravail peut être génial. Pour l’avoir fait pendant des années, j’avoue que retrouver un rythme de bureau et être entourée de collègues, c’est aussi bien et épanouissant. L’idéal serait un équilibre entre les deux ou de travailler à son compte (le RÊVE !)
      Belle soirée et à très bientôt !
      Bises 😘

      Like

  2. Ce qui est curieux avec ce confinement, c’est que ce temps dont on dispose enfin, même en télétravail nous pèse. pour ma part, je suis incapable de commencer tous ces projets qui mijotaient dans ma tête, alors que je me désespérais de ne pouvoir les commencer, faute de temps. Et bien là, le grand blanc, le vide sidéral, rien envie de faire…

    Like

    1. C’est ce que j’appelle le syndrome de la page blanche. Tout comme toi, les idées fusent dans ma tête et l’envie est là et une fois en face d’une page blanche (ou d’une série Netflix), le blanc total. Puis je me dis que ces moments servent aussi à ça: lâcher prise pour revenir en forme et mieux rebondir

      Like

    1. Merci pour ton commentaire Line ! Le premier par ici depuis le (re)lancement de mon blog !
      C’est vrai que le cerveau prend parfois des raccourcis inexplicables. Et le confinement n’arrange pas les choses (hehe)
      Bienvenue et à bientôt par ici ou chez toi ;)

      Like

Leave a Reply to Slow Down Cancel reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.