Blog

Texas

J’écoute Texas depuis quelques décennies années maintenant et certains de leurs morceaux ont vraiment marqué des moments importants de mon adolescence. Alors imaginez lorsque j’ai appris qu’ils étaient en concert à Marseille !

Nous y avons donc été en début de semaine, mon homme et moi, et je vous avoue que l’énergie communicative de Sharleen Spiteri, son humour et son contact avec son public nous a vite fait oublié l’atmosphère lourde qui pèse depuis les terribles événements de ces dernières semaines. Non, à vrai dire, ça nous a plutôt donné l’impression qu’assister à un concert après ce qui s’est passé relevait de l’acte de résistance.

Ce concert était donc doublement symbolique à nos yeux.

L’album sorti pour couronner leur 25ème anniversaire est un véritable millésime regroupant leurs meilleurs morceaux. Mais j’avoue que j’ai moins aimé les reprises plus lounge/jazzy de certains de leurs titres, préférant largement les versions originales. Probablement pour les émotions qu’elles évoquent, puisque j’ai toujours rattaché la musique à des moments clés de ma vie.

Toujours est-il, cet album m’a donné envie de me replonger dans leurs archives et de partager avec vous cette petite retrospective musicale et leurs clips so 2000 (frôlant parfois le kitsch)(mais avouez que c’était bon, hein ?).

Voilà donc pour me faire pardonner cette courte absence. Ma semaine a été terriblement chargée et je n’ai toujours pas percé le secret des blogueuses capables de programmer leurs articles à l’avance… mais je ne baisse pas les bras et poursuis mes recherches ! En attendant, passez une belle et douce fin de semaine !

Le jour d’après…

Pas de Weekend Inspiration hier car le cœur était trop lourd. Mais je vous rassure, contrairement à l’après 7 janvier, je ne suspendrai pas l’activité de ce blog pour les dix prochains mois. Et je ne reviendrai pas sur le flot d’émotions et de pensées qui m’a submergée ces trois derniers jours. Continue reading “Le jour d’après…”

Laulane

LAULANE, contraction des prénoms de ses deux nièces, Lola et Louane, et du sien, Audrey.

Parce que chez Audrey, tout est affaire de famille. De sa sœur qui l’aide à tenir sa nouvelle boutique, à cet arrière grand-père joaillier qu’elle n’a pas connu, mais dont sa grand-mère lui parlait souvent avec beaucoup d’admiration.

“C’est probablement une passion qui m’a été transmise inconsciemment et qui m’a poussée dans cette voie.

Audrey, c’est la jeune créatrice dont je voulais vous parler aujourd’hui, et je tenais à le faire pour deux raisons : 1) je l’ai rencontrée il y a plus d’un an à l’occasion d’un brunch entre blogueuses et créatrices et j’ai tout de suite adoré son univers ultra féminin (des bagues aux colliers, en passant par les headbands et les bracelets, tout est finesse et légèreté dans ses créations) ; 2) parce qu’elle a ouvert il y a trois semaines maintenant sa toute première boutique et je me suis dit que c’était enfin l’occasion de plonger dans son univers et de partager ce coup de cœur avec vous !

The French Dilettante, Laulane Bijoux, Audrey Guidoni

 

Audrey, j’ai remarqué que sur ton site, tu parles à peine de toi-même, seules tes créations sont mises en avant. C’est un choix délibéré ?
J’ai toujours du mal à parler de moi-même. Je viens d’une famille simple où on ne se met pas en avant. On m’a transmis des valeurs de simplicité et d’humilité auxquelles je tiens.

Pourrais-tu faire une toute petite exception et me parler un peu de toi, ton parcours ?
À vrai dire, je me suis lancée complètement par hasard. A la base, je travaillais comme comptable. J’ai commencé par passion et pour le plaisir de fabriquer des bijoux. Petit à petit, mon entourage s’est mis à me complimenter sur mes créations. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de sauter le pas en présentant ma démission pour créer LAULANE, en 2012 et me consacrer entièrement à ma passion.

Tu n’as donc suivi aucune formation pour devenir créatrice de bijoux ?
Aucune. Je suis complètement autodidacte.

Il faut une sacrée dose d’audace ! J’imagine qu’un jour, il y  a un déclic. Qu’est-ce qui t’a poussé à créer ton premier bijoux ?
Je ne trouvais pas mon bonheur dans les marques de bijoux traditionnelles. Soit parce que le style ne me correspondait pas, soit parce que les prix étaient trop élevés. C’est pour cette raison que j’ai commencé à fabriquer des bijoux par ou pour moi-même dans un premier temps. Ensuite, j’ai pris le temps qu’il fallait pour lancer ma première collection parce que j’ai voulu me concentrer sur ce que je recherchais avant tout en tant que cliente : des pièces qualitatives, belles et intemporelles, à des prix tout à fait abordables.

The French Dilettante, Laulane Bijoux, Audrey Guidoni
Bijoux spécialement créés pour l’ouverture des Docks Village à Marseille

Et aujourd’hui, en étant à la fois créatrice et gérante de ta marque de bijoux, tu te définis plus comme une artiste ou une entrepreneuse ?
C’est vrai que quand on se met à son propre compte, il faut garder les pieds sur terre, être réaliste et bien organisé dans sa gestion des choses. Mais quand il s’agit de créer, je laisse entièrement ma sensibilité artistique s’exprimer, je ne me mets aucune barrière. Je suis passionnée par ce que je fais et me sens artiste depuis toute petite.

Peux-tu nous en dire plus sur ton processus de création et de fabrication ?
Je dessine tous mes bijoux. C’est d’ailleurs le plus difficile : concrétiser certaines idées tout en gardant à l’esprit qu’elles doivent rester réalisables. Mes dessins sont ensuite informatisés par des infographistes pour la découpe. Pour la matière première, je fais appel à des fournisseurs français. Enfin, à part pour les pièces entièrement soudées, c’est moi qui m’occupe du processus d’assemblage.

Lorsque je vois la finesse de certaines de tes créations, j’ose à peine imaginer le temps que demande l’assemblage.
C’est vrai que c’est l’étape la plus longue et qui demande le plus de minutie. Pour un seul bracelet à pompon (voir les bijoux sur la première photo), l’assemblage me demande entre 30 et 45 minutes.

Et quels sont tes matériaux de prédilection ?
Mes bijoux sont essentiellement en Argent 925 et en Plaqué or. Pour le Plaqué or, je joue sur les variations rose et champagne ; ce qui permet à mes créations de s’adapter à tous les styles, toutes les envies, mais aussi à tous les teints.

The French Dilettante, Laulane Bijoux, Audrey Guidoni

Comment fonctionnent tes collections ? As-tu des basiques incontournables ? Des collections capsules ou des éditions limitées ?

Certaines de mes créations sont proposées depuis le début du lancement de LAULANE et toute l’année, comme par exemple les modèles Yucatan et Pyramide, entre autres. Ce sont mes intemporels, et les modèles les plus prisés par mes clientes.
Ensuite, viennent des pièces que je vais imaginer au gré de mes envies, des saisons et des tendances. Je pense notamment aux bracelets multiliens, le choix des couleurs se fera en fonction de mon inspiration et de mon humeur. Je peux décider par exemple d’associer le vert avec du violet sur un modèle, puis avec du rouge sur un autre. Ce qui rend chaque pièce assemblée quasiment unique.
Enfin, je sélectionne les couleurs en fonction des saisons. En été je privilégie les teintes acidulées et pastel et en hiver les couleurs plus profondes et vibrantes

The French Dilettante, Laulane Bijoux, Audrey Guidoni

En dehors des saisons et des tendances, où puises-tu ton inspiration ?
Mon inspiration reste très sobre et contemporaine et mes bijoux ressemblent à ce que j’ai envie de porter. Mes créations doivent me correspondre et répondre à mes goûts personnels. Je ne peux pas matérialiser quelque chose que je n’aime pas.
Je suis aussi séduite par la féminité de l’accumulation des bijoux délicats. Une grande tendance d’ailleurs.

The French Dilettante, Laulane Bijoux, Audrey Guidoni

Comment as-tu vécu l’ouverture de ta toute première boutique ?
Comme un aboutissement, mais aussi une évidence. J’avais envie d’offrir à mes créations un écrin, mais aussi de me rapprocher de mes clientes et d’avoir avec elles un contact plus direct et plus humain qu’une boutique en ligne. Et comme je m’apprête à passer pas mal de temps ici, je voulais un endroit agréable, chaleureux et à l’image de ce que j’aime. J’ai même été jusqu’à penser les meubles en bois, en collaboration avec un ébéniste français hyper talentueux. Je voulais des murs blancs, des bois blonds et un sol qui rappelle la chaleur du parquet. Bref, un cadre agréable et accueillant pour celles qui souhaitent prendre le temps de découvrir mon travail.

Lorsque tu as décidé de te lancer, quel a été le meilleur conseil qu’on t’ait donné ?
Persévérer, avoir confiance en soi.

Et quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite aujourd’hui lancer sa propre marque ?
Croire en soi et aller jusqu’au bout de ses envies.

The French Dilettante, Laulane Bijoux, Audrey Guidoni

Si vous voulez en savoir plus sur ses créations, il suffit de faire un tour sur sa boutique en ligne.

Et pour celles qui ont la chance de vivre à Marseille, n’hésitez pas à faire un tour par sa boutique aux Docks Village ! ;)


Billet 100% coup de cœur et non sponsorisé

Hello Sailor!

Et si nous parlions marinière aujourd’hui ? Ahhh la marinière ! La meilleure invention mode après la chaussure plate. THE pièce qui vient à mon secours les matins où l’inspiration me lâche. La seule et unique fantaisie vestimentaire que je me permets (avec l’imprimé léopard) pour réhausser une tenue, moi dont la penderie ressemble à un vieux film en noir et blanc (pour ne citer que ma mère).

Cette pièce m’est tellement indispensable qu’au fil des années, je m’en suis constitué une petite collection, en veillant toujours à choisir des matières et des coupes adaptées à chaque saison, histoire d’en avoir toujours une à portée de main.

Et la dernière à avoir rejoint la bande ? La Petit Bateau que vous voyez sur la première photo. Parfaite pour les températures que nous avons en ce moment.

Je me suis dit qu’une marinière inversée, ça change. Et je me suis même surprise à avoir envie de versions un peu plus décalées, que ce soit au niveau de la coupe ou des couleurs, maintenant que j’ai fait le tour des classiques…

De gauche à droite : La plus classique, Sandro – La plus Frenchie, Sézane – La plus disco, J.Crew – La plus créateur, Isabel Marant.

Autrement, vous avez aussi l’option DIY, plus originale et moins coûteuse. Mais dans la mesure où je sais déjà à peine à recoudre un bouton, j’ai bien peur de ne pas vous être d’une grande aide sur ce point-là. Alors si vous avez des idées ou des tutos, je suis preneuse ;)

Et vous alors ? Quelle place occupe cette pièce dans votre style ? Vous êtes plutôt marinière classique ou marinière décalée ?


Let’s talk about the sailor jumper! The best fashion invention after flat shoes. THE piece that gets me out of any “no-inspiration” situation. The only statement piece I allow myself (with leopard print), knowing that my wardrobe looks like an old black and white movie (if I had to quote my mother).

This piece is so essential to me that I’ve been collecting sailor jumpers over the past decade; and I always made sure to choose them with different materials and cuts to be able to wear them all year round.

And the one you can see on the first photo is the Petit Bateau I purchased a couple of weeks ago. Just perfect for this season.

I thought this color was a good idea to bring something new to my collection. And I’m now even looking for different styles of sailor jumpers, maybe with fresh colors or more creative cuts (see the shopping selection above).

Another option: designing your own sailor jumper, which might be more unconventional  and less expensive. But since I’m barely able to resew a button, I’m afraid I might not be very helpful. So please feel free to share your ideas or DIY tutorials ;)

Balade au Colorado

Cette photo de totem surexposé par un soleil de plomb et perdu dans un paysage aride, digne d’un désert californien, a été prise cet été à…

Rustrel

Yes. Vous avez bien lu, ici, en France, et à quelques kilomètres de Marseille seulement !

On m’a souvent parlé de ce “Colorado provençal”, et j’avoue que je ne m’attendais pas à être aussi surprise avant de découvrir l’endroit de mes propres yeux. Certains paysages m’ont même fait pensé à ceux que j’ai pu admirer lors de mon road trip américain !

Au final, environ 4 heures* de balade, des paysages à couper le souffle et des photos que je n’ai eu envie de visionner que la semaine dernière, lorsque la grisaille et la fraîcheur ont décidé de nous rattraper ici aussi.

Je vous laisse avec le butin de cette balade et vous souhaite une belle et douce semaine !

Rustrel, Colorado Provençal, The French Dilettante

Rustrel, Colorado Provençal, The French Dilettante

Rustrel, Colorado Provençal, The French Dilettante

Rustrel, Colorado Provençal, The French Dilettante

Rustrel, Colorado Provençal

Rustrel, Colorado Provençal, The French Dilettante

Rustrel, Colorado Provençal, The French Dilettante

Rustrel, Colorado Provençal, The French Dilettante

* le circuit le plus long fait 2h30, mais si vous comptez, comme moi, vous arrêter tous les deux mètres pour immortaliser l’instant, il vaut mieux prévoir une bonne matinée de marche.


The photo of this overexposed totem lost in a place that almost looks like a desert of California was actually taken at…

Rustrel!

Yep. In France, and more exactly at a few kilometers from Marseille!

I had heard about this “Colorado of Provence” many times before, but I wasn’t expecting something as surprising and interesting before I saw it by myself. Some landscapes even reminded me of those I had the chance to admire during my American road trip.

This is how I ended with a 4-hour walk, breathtaking landscapes and a bunch of photos I didn’t  need to watch before last week, when winter decided to surprise us ahead of its time.