Miel Melba

Celles et ceux parmi vous qui me suivent depuis un moment ont certainement déjà eu vent de ma phobie du soleil… ou plutôt de l’excès de soleil !

Je fuis le moindre rayon UV comme la peste depuis que j’ai séjourné dans les îles et que j’y ai pris conscience des dégâts que le soleil peut provoquer si l’on tombe dans l’addiction.

Il n’empêche que je n’ai pas encore l’intention de décrocher un rôle dans Twilight, que je ne fais pas la fine bouche à une balade de temps à autre au bord de l’eau, et que je ne bouderai jamais le plaisir d’un hâle qui transformerait mon teint d’endive en quelque chose d’à peu près Bündchenisable (oui, bon,  j’ai dit à peu près).

OUI, MAIS…

Une fois que j’ai tartiné chaque parcelle visible de mon corps et que j’ai confié mes yeux et ce qui me reste de matière grise à des lunettes maxi et un chapeau, qu’en est-il des partie non visibles de notre corps ? Oui, je parle bien de cette brioche que l’on tente de dissimuler sous un deux-pièces taille haute. Parce qu’il paraît que les UV ne se laissent pas intimider par deux bouts de ficelles…

Eh bien, pour les paranoïaques du soleil comme moi, il reste la solution du maillot de bain anti-UV. Oui, oui, vous avez bien lu ! Et comme vous, je pensais que le concept était uniquement réservé aux tenues de sport, jusqu’à ce que je découvre Miel Melba!

Cette toute nouvelle marque (100% française) m’a un jour contactée pour une interview (que vous pouvez d’ailleurs découvrir ici, sur leur blog). C’est donc comme ça que j’ai découvert leur univers et leurs créations à la fois techniques et élégantes, deux notions complètement antinomiques lorsque l’on parle habituellement de vêtements protecteurs et pratiques.

Leurs modèles sont tous testés anti-UV UPF 50+ et sont aussi bien adaptés à la plage qu’à la ville. Et, cerise sur le gâteau, les coupes un brin rétro et hyper féminines de leurs maillots de bain (gainants paraît-il… Enfin, je dis ça, je dis rien… ;))

Photo gauche : maillot de bain MOMOKO / Photo droite : haut NAIADE et bas DEAUVILLE BRIEF

Je vous laisse découvrir tout ça sur leur site.

Pour le moment, leurs produits sont exclusivement vendus en ligne, mais quelque chose me dit que cette marque ne tardera pas à faire parler d’elle ! À suivre…

Et vous alors ? Comment vous protégez-vous du soleil à la plage ?


Photo Une : Manal / Photos maillots de bain : Miel Melba

My Week, Etc. #13

Hello à tous ! Voici, sans tarder, les petits riens que j’avais envie de partager avec vous…

# Un an déjà

Il y a un an, jour pour jour, je quittais la Caraïbe pour rentrer en Métropole. Depuis l’instant où je vous l’annonçais officiellement et la dernière photo que j’ai prise de l’autre côté de l’Atlantique, vous étiez nombreux à suivre mes dernières tribulations tropicales et mon retour (parfois rock’n’roll) à la civilisation.
Le plus étrange dans tout ça ? J’ai l’impression que c’était hier et, pourtant, lorsque je me retourne pour faire un bilan de cette première année, je me demande comment ai-je pu faire autant de choses en si peu de temps. Je sais que je suis habituellement la reine du multi-tasking (au grand damn de mon entourage), mais là j’en ai presque le vertige.
Et le plus beau dans tout ça ? Je ne regrette pas mon choix une seule seconde (à part les vacances dont je commence à avoir vraiment besoin) ! Ça serait d’ailleurs drôle de reprendre la liste de mes envies et de voir si ce retour m’a permis de n’en réaliser ne serait-ce que la moitié.

# Rosé(e), herbe humide et pieds nus…

Les souvenirs que je garde de mon enfance, l’été, dans la maison de mes grands-parents sont très flous… Mais il m’arrive de me revoir grimper dans le grand figuier de ma grand-mère et lui repeindre les murs du jardin avec un mélange de terre et d’eau (oui, j’étais une artiste) avant de me faire attaquer par des guêpes en colère (et, oui, les bêtes sont mes amies).
Puis, plus rien.
La parfaite citadine que je suis devenue depuis n’avait plus remis les pieds (nus) sur le moindre bout de terre avant le week-end dernier ! C’est le premier pas qui fut le plus difficile ; l’idée même de me retrouver au contact de la terre humide et sentir les fourmis grimper sur mes jambes me répugnait. Puis au bout de quelques minutes, mon appréhension a cédé la place à une sensation très étrange, presque agréable : je commençais à apprécier ce contact avec la nature, voire à y trouver quelque chose de réconfortant.

# Faire le vide

À défaut de pouvoir partir en vacances en ce moment, je me défoule sur autre chose. Dernièrement, c’est ma penderie qui y est passée. Bilan ? Après avoir posé par terre toutes ces choses que je n’ai plus portées depuis plus d’un an (certaines pièces avaient encore leur étiquette !), il ne restait plus grand-chose sur les cintres, à part de bons (et vrais) basiques. Cela m’a permis d’y voir plus clair dans ce que mon style était en train de devenir et j’ai comme l’impression que mes prochains achats seront mieux réfléchis.

# 249 jours sans rien acheter chez Zara !

Il paraît que Balibulle a tenu 331 jours, et c’était en mars ! La palme d’or lui revient donc toujours !
La dernière fois que j’ai craqué, c’était pour un chemisier en soie qui n’a pas survécu au premier lavage (main !). Cette mauvaise expérience m’a tellement déçue qu’aucun des coups de cœur que j’ai eu depuis sur leurs collections ne s’est conclu par un passage en caisse. Chaque fois que je me glisse dans une de leurs pièces en cabine, je lui trouve mille et un défauts, je pense au temps que je la garderai en bon état ou je me dis que je préfère économiser encore un peu et monter en gamme… avant de tourner les talons et de repartir les mains vides. Ça ne m’empêche pas d’y retourner régulièrement, pour l’inspiration, mais la tentation et l’envie n’y sont plus. Affaire à suivre donc…

D’ici-là, les enfants, je vous souhaite un très bon week-end et un très beau mois d’août pour celles et ceux parmi vous qui sont en vacances !

Bisous !

__
PS : Pour les photos du collage, de haut en bas et de gauche à droite : 
Mes lunettes de soleil que je ne vous présente plus – Une tasse de thé dégustée lors de mon dernier déplacement professionnel à Paris – La seule chose que j’ai pu voir de Paris, toujours lors d’un déplacement professionnel – Mon premier baba au rhum… fameux ! – Dernière vue de Saint-Martin prise l’année dernière – Une libellule en plein… Paris ! – Mon indispensable depuis le début de l’été, et encore, j’ai l’intention de passer à un indice 50 ! 

Keep it simple

J’ai pu quitter la ville ce week-end pour passer deux petits jours à la campagne (oui, vous avez bien lu)(mais je vous épargnerai les aventures de la citadine au pays de l’herbe humide et des insectes romantiques)(n’insistez pas), et voici la tenue dans laquelle j’ai eu envie de me glisser pour farnienter.

De bons basiques simples et efficaces que je pouvais porter aussi bien de jour (sur une terrasse de café) que de nuit (re-sur une terrasse de café)(la France, pays de l’apéro ? Une rumeur je vous dis !)

Marinière Comptoir des Cotonniers – Bracelet Hipanema – Sandales Minorquines – Short boyfriend Wrangler


I left town this weekend to spend a couple of days in the countryside (yes, I just said countryside)(but I’ll spare you the details about me in the land of wet grass and romantic insects)(don’t insist), and this is what I wanted to wear to laze.

Nothing but simple and cool basics I could wear by day (on the terrace of a café) and night (on the terrace of a café, again)(who said French people were champions of cocktail hours?)


Comptoir des Cotonniers Sailor t-shirt – Hipanema bracelet – Minorquines 
Sandals – Wrangler boyfriend shorts

Mirror

Elle, c’est Maria, responsable relations presse des célébrités chez Chanel… Et ça, ce sont des lunettes effet miroir qui me font penser à celles que je portais adolescente et que j’avais terriblement envie de lui piquer ce jour-là…

Je ne suis pas une collectionneuse de lunettes de soleil. Oui, bon, j’ai trois paires intemporelles auxquelles je suis vraiment fidèle depuis des années, (très) loin des tendances, et qui me permettent d’alterner les styles (schizophrénie quand tu nous tiens). Mais en-dessous de cinq, on ne peut pas encore parler de collection, hein, on est d’accord ?

Alors, alors… un petit dernier un peu plus fun dans mes tiroirs à accessoires, je ne dirais pas non… Vous en pensez quoi, vous, de ce genre de lunettes ?


I’m not a sunglasses collector. Well, actually, I only have three ones I’ve been wearing for years now and that allow me to have different styles depending of the day and regardless from any trend. But under five, you can’t talk about collection, right? 

So I wouldn’t say no to a new pair… What do you think about this type of sunglasses?

Chaussures d’été

Chaque année, à l’approche de l’été (même s’il me paraît encore bien loin avec le temps qu’il fait aujourd’hui)(enfin, lundi, puisque j’ai préparé cet article hier)(bouh !), je me demande quelle lubie shoesque va bien pouvoir me prendre.

Après les espadrilles et les tongs, c’est en tombant sur ces Minorquines aux Galeries Lafayette que j’ai trouvé réponse à ma question cette fois.

Pour être tout à fait honnête, en été, mes neurones se mettent en grève de la mode. Alors j’essaie de trouver une paire pratique, confortable, passe-partout et pas trop chère avec laquelle je pourrai vivre une relation fusionnelle pendant quelques mois avant de passer à autre chose.

Bref, il ne me reste plus qu’à attendre qu’il fasse beau et chaud en dehors des jours où je bosse !

Vous connaissiez ou est-ce que je suis encore en retard de dix tendances ?


Every year, as summer gets closer (although I wonder if we’ll really have a summer this year given the weather we had today)(I mean Monday)(ok, I prepared this post yesterday) (bouh!), I wonder which shoes I’ll set my heart on this time.

After the espadrilles and the flip-flops, I got the answer to my question this time when I saw these Minorquines at the Galeries Lafayette last day.

To be quite honest, during summer, my brain goes literally on fashion strike. So I try to find myself a practical, comfortable and affordable pair of shoes that I’ll be able to wear almost everyday and match with everything for a couple of months.

Anyway! Now I just have to wait for the the weather to get warmer and sunnier (i.e. when I’m off)!

Have you ever heard about these shoes or am I still lagging ten years behind everybody else?

Les cartes à nouer

Ces cartes à nouer m’ont été offertes l’année dernière lors d’un passage en boutique Hermès à St Barth. J’ai pensé les avoir perdues dans mon déménagement avant de les retrouver ce matin au fond d’une boîte.

J’aime beaucoup les foulards dans les cheveux, mais je n’en ai jamais porté – par manque d’imagination (et parce que je suis incapable de faire un nœud qui ressemble à quelque chose, avouons-le !). Mais en revoyant ces cartes et les différentes façons de nouer son carré expliquées au dos, je trouve le rendu tellement élégant que ça me donne envie de m’y mettre.

Est-ce que c’est un accessoire que vous portez à l’arrivée des beaux jours ?


I got these Knotting Cards last year, during a visit at a Hermès store in St Barth. I thought I lost them until I found them back this morning in a box.

I’ve never worn a scarf in my hair, even though I love the style it gives. The thing is that I don’t have enough imagination for it (and I must admit that I’m not able to make a proper knot). But when I saw these cards and the different ways of knotting a scarf explained at the back, I found the result so glamorous that it made want to get myself one and to learn how to wear it.
By the way, is this an accessory you like to wear during spring and summer?