Out of Time…

Comme je vous le disais ce matin sur hellocoton, twitter, facebook, instagram, tumblr, pinterest… bref, la toile, ma semaine a été bien chargée et, donc, peu productive sur la blogosphère.

Et si je vous parlais encore un peu vacances pour me faire pardonner et bien entamer le week-end ?

J’ai déniché cette photo ce matin. Rien à voir avec la Fashion Week (que je prolongerai encore un peu sur mon blog, ne vous inquiétez pas ;)) – sauf peut-être l’envie d’être à nouveau en été -, mais j’ai eu envie de la partager avec vous.

Je l’ai prise en juillet, à Saint Tropez… J’avais apparemment oublié de l’effacer puisqu’elle se trouvait dans le dossier “à supprimer” (heureusement ?). Et aujourd’hui, tout ce que je lui trouvais de “raté” me séduit finalement : les ombres un peu trop dures et la surexposition des blancs qui donnent l’impression d’une chaleur écrasante, et cet homme… tellement concentré sur son tableau, tellement en dehors du temps qu’il ne s’est même pas aperçu de ma présence.

Qu’est-ce que vous pensez de cette photo ?

Sinon, en la revoyant (et toujours en sautant du coq à l’âne), je me pose une question : est-ce que vous aimez rapporter des souvenirs des endroits que vous visitez ? Peut-être pas un tableau, mais cette petite chose (produit de beauté, maquillage, robe, sac…) que vous ne trouvez pas chez vous et qui vous fera penser à vos vacances… Si oui, quelle a été votre plus belle trouvaille ?


As I told you this morning on hellocoton, twitter, facebook, instagram, tumblr, pinterest… well, on the network, I’ve been really busy this week and, so, not very productive on the blogosphere.

Now how about talking a little bit about summer to make you forgive me and spend a great week-end?

I found this photo this morning. Of course, it has nothing to do with Fashion Week,  but I wanted to share it with you.

It was taken in July, in Saint Tropez… I think I forgot to delete it because it was in my “to delete” folder (should I say thank goodness?). And today, I’m just loving what I thought was ugly about it: the hard light and overexposed whites, which gives the feeling of a sweltering heat, and this man… he was so focused on his painting and so “out of time” that he didn’t even notice I was taking a photo of him.

What do you think of this cliché ?

While I’m looking at it again (and to flit from one subject to another), a question comes to my mind: do you like buying souvenirs from places you travel to? Maybe not a painting, but this little cosmetic, makeup, dress, or bag you wouldn’t find where you live and which would remind you of your holidays… If yes, what was your best find?

Beyrouth

Aujourd’hui, je vais vous parler de Beyrouth. Vous ne connaissez pas ? Alors ne bougez pas !

Pour résumer tout ça et en toute objectivité , Beyrouth est la plus belle ville du monde ! (si, si, je vous assure) Mais vous me direz que les bâtiments criblés de balles et les coupures quotidiennes de courant… ce n’est pas bien beau tout ça ! C’est vrai. Mais c’est justement ce que j’aime dans cet endroit, car Beyrouth est la ville de tous les contrastes.

Beyrouth, c’est une femme en micro short qui croise dans la rue une femme voilée de la tête aux pieds. C’est un vieux bâtiment en ruine à côté duquel se construit une tour flambant neuve. Ce sont des souks qui n’ont de souks que le nom et où Zara donne la réplique à Christian Louboutin. Ce sont des cafés qui ne servent plus de Cosmo pendant le Ramadan situés à deux pas d’un bar où vous pouvez faire flamber la Tequila (et la carte bancaire par la même occasion), pourvu que vous ayez réservé votre carré VIP 6 mois à l’avance…

Maintenant, imaginez que vous n’avez qu’un (loooooong) week end à passer dans cette ville (oui, long, c’est mieux, vous comprendrez pourquoi). Que ferez-vous ? Eh bien comme moi…

Today, I’ll tell you about my journey in Beirut. You don’t know this place yet? Then don’t leave!

To sum it all and objectively speaking, Beirut is the most beautiful city in the world! (seriously!!!) Now you’ll tell me that buildings riddled with bullet holes and daily power cuts aren’t very inspiring. Right. But this is precisely what I love about this place, because Beirut is a city of all contrasts.

In Beirut you can come across both a woman wearing shorts and a completely veiled woman. Old ruined buildings and brand new ones stand side by side. Souks are souks in name only and in those places you can start shopping in Zara and end up at Christian Louboutin. Some cafés don’t serve Cosmos during Ramadan while you can get drunk as a (very rich) lord in the next-door nightclub, provided you have booked you VIP space 5 months in advance…

Now just imagine you can only spend one (loooong) weekend in this city (yes, long with many “o”s is better, you’ll understand why), what would you do? Well, just like me:

Lebanese food, Beirut, Lebanon

#1 Vous vous éclaterez la brioche / You’ll eat until your stomach bursts

Feuilles de vigne, roulés au fromage, kebbé, houmous, Baba Ghanouj [caviar d’aubergine], knefeh [pâtisserie à base de fromage]… Mais aussi de bons restaurants italiens, français, japonais. Vous ne saurez plus où donner les papilles. Alors, un conseil, laissez vos cours de Zumba et votre crème anti-cellulite de côté un moment et, surtout, ne vous privez de rien parce que vous n’aurez pas l’occasion de manger ailleurs des choses aussi délicieuses et variées. Bon, là, j’arrête parce qu’on va encore dire que j’exagère.

Vine leaves, cheese rolls, kibbeh, hummus, Baba Ganouj [eggplant caviar], knefeh [cheese pastry]… But also Italian, French or Chinese restaurants. You’ll be spoilt of choice. So trust me, just forget about your Zumba classes and your anti-cellulite cream for a while because you won’t have the chance elsewhere to taste such good food. Ok, I’ll stop here before you think I’m overdoing it.

Beirut Lifestyle, Lebanon

#2 Tout en “buvant un arghileh” / While “drinking an arghileh”

Non, ici, on ne fume pas mais on boit le arghileh (et en roulant le “r”, c’est encore mieux). Au Liban, c’est un vrai sport national (au même titre que la gastronomie). Il n’y a qu’à pousser la porte du Falamanki par exemple pour s’en rendre compte (j’y ai installé mon QG cet été)(comprendre : je m’y suis explosé les poumons). Dans cet endroit esprit vieux café libanais, vous replongez quelques décennies en arrière, à la seule différence, les gens qui battent les cartes ou jouent au tawlé [le backgammon] n’ont pas plus de 35 ans.

No, Lebanese people don’t smoke the hookah, they drink the arguileh (with Rs rolled, it sounds even better). In Lebanon, it is a real national pastime (along with hanging around in restaurants). Just take a look at the Falamanki for example to realize how true it is (I settled there this summer)(in other words: I blew up my lungs). This traditional Lebanese café, where young people play cards and tawlé [backgammon] takes you back to old Beirut.

Iris Bar - Beirut nightlife, Lebanon

#3 Après le dîner, vous vous installerez dans le carré VIP réservé au Iris, avant de terminer la soirée au February 30 / After dinner, you’ll have a seat in the VIP space you’ve reserved at Iris, before spending the rest of your evening at February 30

Et lorsque, comme moi, vous vous retrouverez à sauter dans tous les sens sur une table en vous demandant pourquoi personne ne suit, vous comprendrez qu’ici, “Les filles ne dansent plus, ça ne fait pas classe. Il faut juste s’asseoir et regarder les autres en souriant et en bougeant doucement la tête et l’épaule.” (avec un regard de velours bien sûr sinon, ça ne marche pas) C’est Elise qui me l’a dit. Et en matière de clubbing local, si Elise dit, moi je suis! Par contre, le “bouger doucement la tête et l’épaule”, je n’ai pas trop compris. Parce que, moi, après deux Cosmos, je ne peux plus dissocier la tête du corps !

En fait, je pense que tout est dans le regard. Mais ça, je ne pourrai pas vous le décrire. Oui, parce qu’ici, tout passe par le regard : on sort dans des endroits sélects pour voir les autres et faire admirer son Phantom, ses Jimmy Choo et la Mercedes qui attend à la sortie… Voir et se faire voir donc (et se faire parfois avoir lorsque le chauffeur de taxi vous entend parler français, mais ça, c’est une autre histoire ;))

And when, like me, you’ll end up shaking your booty on a table and wondering why no one follows you, you’ll understand that in Beirut “girls don’t dance anymore because it isn’t classy. You must remain seated and watch others while smiling and slightly moving your head and shoulder.” (with a sensual gaze of course, or else it won’t work) That’s what Elise told me. And when it comes to local clubbing, I can trust her! But I didn’t get the “move your head and shoulder” thing. I mean after two Cosmos, I can no longer disconnect my head from my body!

Well, actually, I think the secret lays in the way you stare at people. But this is something I can’t describe. Because in Lebanon, connections are made through the eyes: you hang around in fancy places to watch others and see them admiring your Phantom bag, your Jimmy Choos and the Mercedes waiting for you outside…

Souks of Beirut, Lebanon

#4 Le lendemain, vous courrez faire les boutiques et les nail spas / The next day, you’ll run to the shopping mall and the nail spa

Parce qu’après une soirée au Iris, vous comprendrez pourquoi un ami vous a dit un jour “les gens continuent de vivre comme si la fin du monde était pour demain et qu’il fallait arriver au paradis bien habillé et bien maquillé”. Croyez-moi, entre les boutiques et les salons de beauté, tout est fait ici pour nous permettre de gratter des ongles parfaits aux portes du paradis. Il suffit de rentrer dans un nail spa, de dire “French ?” et vous sortez avec une French (bon, dit comme ça, ça semble logique, mais j’entends par là une vraie séance manucure, pédicure, soin, massage et pose de vernis à… 30$). Ensuite, une fois vos ongles faits, ne vous laissez pas impressionner par les clés qui glissent au fond du sac parce que des nail spas, il y en a à chaque coin de rue et qu’un ongle ébréché et vite réparé.

Because after a night at Iris, you’ll understand why a friend once told you “people still live as if the world will end tomorrow and they must arrive well dressed and well made-up for paradise”. And, trust me, the fancy stores and the beauty salons in town will allow you to scratch perfect nails at the doors of paradise. Just go into any nail spa, ask for a French and you’ll get a French (ok, this sounds very logical, but I’m actually talking about a full manicure, pedicure, massage and nail polish for… 30$ plus the tips). And once you’ve got your nails done, don’t worry if your keys slide to the bottom of your bag because you’ll find a nail spa at every corner.

The French Dilettante, Street Photography, Beirut, Lebanese bride

#5 Et vous croiserez une jeune mariée en pleine séance de shooting au milieu du centre-ville / And you’ll bump into a young Lebanese bride posing for a photographer in the middle of Downtown

Mais la femme libanaise mérite un article à part entière…

But I’d need a whole new post to talk about Lebanese women…

So Nice !

Vous l’aurez compris, cet été (comme chaque année d’ailleurs) c’est “vacances bougeotte”. Alors je profite vite vite de quelques minutes de répit pour vous raconter ma mini escale à Nice.

Nice France

Comment dire ? J’ai adoré ! Non pas pour sa Promenade des Anglais (c’est un endroit mythique alors, du coup, je ne vous dirai pas que ce n’est pas ce qui m’a le plus attirée), mais pour son vieux Nice. Dans ce quartier, j’ai par moments eu l’impression d’être carrément dans un ancien village italien : les ruelles étroites, les immeubles tellement mitoyens que, dans le temps, les mamas devaient se raconter leur vie en étendant leur linge au balcon, les commerces qui empiètent carrément sur la rue, l’attitude et le style des Niçois, les animations nocturnes* et les bons restaurants**…

Nice France

Ce que j’ai aussi aimé, c’est la décontraction qui régnait un peu partout (sauf quand il s’agissait de trouver une place pour se garer). Bon, je sais qu’on est en plein mois de juillet et qu’à cette période de l’année, vous avez 8 chances sur 10 de tomber sur un touriste, mais ce n’est pas grave, je trouve quand même que Nice, c’est so Nice !


I guess you understood that this summer (actually like every year), I’m spending a sort of “wanderlust holidays”. So I’ll take a few minutes of rest to tell you about my stopover in Nice.

Well, I just loved this city! Not for its Promenade des Anglais (this area is mythical so I won’t tell you that it wasn’t my favorite one), but for its old town (vieux Nice). In this place, I felt like I was in an old Italian village : the streets are so narrow, the buildings are so close one to the other that old ladies surely used to chatter together from their balcony while hanging out their wash, shops encroach upon the streets, Nice people have a style of their own, there are great places* and restaurants** to hang out by night…

I also liked the relaxed attitude that prevailed everywhere (except when we had to find a parking place). Well, I know we are in the middle of July and at this time of year, 8 people out of 10 are tourists, but who cares? I still believe that Nice is so Nice!

__
* On est en plein Nice Jazz Festival, alors n’hésitez pas à y faire un tour si vous êtes dans les parages ;)
If you are in town, check out the Nice Jazz Festival ;)

** A ce sujet, je vous conseille La Mama ! On s’y sent et on y mange comme à la maison, leurs produits sont de bonne qualité et les serveurs sont vraiment agréables. (hum, en revoyant les dernières photos que j’ai postées sur mon compte Instagram, j’ai l’impression que mon blog est en train de virer “blog cuisine”… pfff, il y a trop de bonnes choses à manger dans le coin, mes cuisses ne peuvent pas comprendre !)
If you’re looking for a place to have lunch, just stop by La Mama! This restaurant makes you feel at home, their food is excellent and the waiters are really nice. (well, I can see by the latest pictures I posted on my Instagram account that my blog is turning into a “cooking blog”… pfff, so many good things to eat in here, my hips can’t understand!)

Cité phocéenne

J’ai découvert Marseille avant-hier. Je ne connaissais absolument pas cette ville, à part ce qu’on en entend dire par la presse. J’avoue que j’ai été agréablement surprise par la beauté de son architecture et la gentillesse de ses habitants… sans parler du fait qu’elle a plus de 2600  ans ; ce qui fait d’elle la plus vieille cité de France (vous le saviez ou c’est moi qui suis complètement à côté de la plaque ?)

Malheureusement, les travaux de réaménagement du vieux port étaient largement entamés ; je n’ai donc pas pu me balader et prendre de belles photos dans cette partie de la ville.

Cet après-midi, je file passer quelques jours à Carcassonne. Si vous connaissez le coin, n’hésitez pas à me filer quelques bons plans boutiques et restaurants !

__

PS 1 : la première photo a été prise depuis Notre Dame de la Garde.

PS 2 : j’ai pu déjeuner à La Pergola (voir photo plus bas). Si ça ne vous dit rien, ce restaurant un peu en retrait qui surplombe la calanque de Niolon vaut le détour ne serait-ce que pour sa vue panoramique sur terrasse  (à condition de réserver à l’avance): La Pergola – Calanque de Niolon – 04 91 46 90 28.


I discovered Marseille the day before yesterday. I didn’t know this city, except what we hear of it on the news. I was pleasantly surprised by the beauty of its architecture and how friendly are the people there… not to mention the fact that the Marseille is more than 2600 years old, which makes of it the oldest city in France (did you already know that or am I totally spaced out?).

Unfortunately, I couldn’t take more photos of the Vieux Port because of the works undertaken down there.

This afternoon, I’ll be off to Carcassonne. Do you know this place? If yes, feel free to share your good addresses (shopping and restaurants)!

__

PS 1: The first photo was taken from the Basilica of Notre-Dame de la Garde.

PS 2: I had lunch at La Pergola (photo below). If you never heard about it, this restaurant that overlooks the calanque of Niolon worths a visit for its panoramic view (reservation is needed though) : La Pergola – Calanque de Niolon – 04 91 46 90 28.

Niolon