Le meilleur chocolat au monde !

La grande folle dingue amatrice de chocolat que je suis a toujours su garder sa dignité et son self-control face à une tablette, aussi tentante soit-elle. Question de ligne (de conduite), vous comprenez… Mais ça, c’était avant de pousser pour la première fois la porte d’une boutique Patrick Roger, meilleur ouvrier de France (rien que ça !), …

C’était la semaine dernière à Paris. Je me rendais à la gare en traînant derrière moi une valise, un sac et trois paquets, et quelque chose me disait que je ne m’en tiendrai pas à 30 kilos de bagages ! Et ce quelque chose, c’était une vitrine qui sortait de l’ordinaire.

D’énormes sculptures qui rappelaient qu’avant d’être un chocolatier, Patrick Roger est avant tout un sculpteur, des rangées entières de carrés bien alignés qui m’appelaient par mon prénom (les salauds !). Puis, à l’intérieur, une boutique sombre, feutrée et épurée, aux allures de joaillerie de luxe… Pour les photos, pardonnez-moi, mais j’ai perdu tous mes moyens à ce moment-là, trop absorbée par tant de plaisir en perspective. Je devrai donc me contenter de celles de son site officiel (ici).

patrick-roger-02

Pour le reste, il est 23h04, je suis en train de vous écrire en dégustant les truffes que vous voyez sur la photo et je peux officiellement décréter que je suis en train de succomber au meilleur chocolat du monde, le plus fin et le plus puissant à la fois ! Du coup, je me dis que, rien que pour ça, ça peut être une excellente idée de cadeau de Noël, non ?

__

PS : Pour qu’il n’y ait aucun malentendu, ce billet n’est absolument pas sponsorisé, mon banquier peut en témoigner !

Une femme normale

Les amis, c’est officiel, je suis une femme normale. Oui, vous avez bien lu, il n’est question ni de jeune femme ni de femme tout court, mais bel et bien de femme normale.

La métamorphose a certainement dû s’opérer lentement, insidieusement (on ne devient tout de même pas femme normale du jour au lendemain, hein), et pourtant, je vous assure que je n’ai remarqué aucun signe avant-coureur de ce déclin. Ce n’est qu’un beau matin, sous la lumière impitoyable de ma salle de bain, que j’ai aperçu là, sur le haut de ma cuisse, comme un air de… pelure d’orange.

Bon, c’est vrai que j’ai déserté les salles de sport et que j’ai un peu forcé sur les sauces ces derniers temps, mais jamais de quoi en faire tout un plat… et puis je n’ai qu’un âge à deux chiffres dont le premier est un 2 !

Passées les premières émotions, je décide de me reprendre en main et d’agir en femme tout court : je me glisse dans mon flare (oui, car exit le micro short que j’avais prévu de mettre avant la révélation) et un chemisier et file mettre fin aux hostilités.

Arrivée au centre commercial, j’enfile mes lunettes mouches et rase les murs incognito jusqu’à la parfumerie. À peine ai-je franchi le seuil que je tombe nez-à-nez sur une vendeuse qui connaît mon pedigree par cœur. Je lui lance un grand sourire et pivote sur mes talons, mon iPhone greffé à l’oreille, jusqu’au premier rayon. Les lunettes mouches n’étant apparemment pas d’une grande efficacité, je poursuis mon parcours à quatre pattes jusqu’à l’espace Clarins et saisis la première crème minceur qui me tombe sous la main. Haute Définition, ça tombe bien ! Puis, l’objet du péché en otage sous le bras, je me dirige vers la caisse où j’ai droit au regard condescendant de la caissière “non, sale garce, ce n’est pas pour offrir !”.

L’opération commando achevée, je rentre mincir en HD et sans efforts. Mes jambes commencent à se sentir toutes légères : ma nouvelle acquisition porte ses premiers fruits !

Le soir-même, après avoir fait le tour de la composition de ma crème high-tech et lu les consignes de la notice (qu’on ne vienne pas après me reprocher de ne pas y avoir mis du mien), je passe à la “méthode d’Auto-Modelage Anti-CapitonTM” en 8 phases. Au bout de quelques minutes de yogacrobaties, j’ai comme l’impression que le traitement sera fait de longs moments de solitude…

3 jours plus tard
Voilà trois soirs que je fais défiler mes jambes mentholées devant mon boyfriend avec, pour seule réaction, l’extase absolue devant tant de douceur et de satiné. Mais rien au sujet de mes tissus adipeux. Il ne se rend compte de rien. Ma métamorphose de départ lui a certainement échappé…

1 semaine plus tard
L’assiduité et la motivation des premiers jours sont toujours là mais, comment dire… pour ce qui est des yogacrobaties, j’ai un peu levé le pied. Ma peau est ravie de son nouvel aspect lumineux et photoshopé. Quant à mes tissus adipeux, ils commencent à soupçonner l’effet placebo…

3 semaines plus tard
Une deuxième métamorphose s’opère en moi : en plus d’être devenue une femme normale, voilà je deviens aussi confortable que mon canapé. Attention, la comparaison s’arrête au moelleux de la matière parce que mon cuir demeure malgré tout plus lisse que le sien. Je cherche dans la notice ce qui aurait pu m’échapper le premier soir “une alimentation équilibrée est indispensable pour mincir et rester mince”. Pfff, j’aurais dû m’en douter !

4 semaines plus tard
La lumière de ma salle de bain étant toujours aussi impitoyable avec mes cuisses, je décide enfin de me reprendre en main et d’agir en femme tout court : je me glisse dans mon short et mes baskets et file mettre fin aux hostilités… en salle de sport !

Et vous ? Avez-vous déjà croisé LA crème miracle ?